La relève entrepreneuriale c’est simple… Si…

Les statistiques démontrent que la relève entrepreneuriale est un échec dans 70 % des cas, pourtant le processus est relativement simple si on se donne la peine de suivre les étapes et de procéder graduellement. Ce n’est pas compliqué, mais à condition de…

1. Prendre le temps de bien faire les choses : Le processus de relève prend de 5 et 10 ans, il faut donc commencer tôt, vers 55 ans. Plus on attend, plus le propriétaire risque d’avoir des problèmes de santé et plus l’entreprise risque de commencer sa phase de déclin. De plus pour profiter des avantages fiscaux, il faudra prendre certaines décisions 4 ou 5 ans avant le début du transfert de propriété.

2. Ne pas entreprendre la démarche dans un contexte de « retraite » : Lorsqu’une personne entre en mode retraite, elle commence à se désinvestir, à abandonner, à manquer d’intérêt. Or le processus de relève nécessite un nouvel investissement d’énergie et de créativité de la part du propriétaire. En effet, il faudra choisir et mettre en place une nouvelle direction et lui transmettre graduellement le pouvoir, la propriété, le savoir et la direction.

Dans un contexte de retraite, l’entrepreneur cherche à retirer son argent et à sécuriser son capital alors que l’entreprise a besoin de liquidité pour se développer. Le propriétaire se retrouve en conflit d’intérêt avec lui-même : protéger son patrimoine et assurer la pérennité de l’entreprise. L’équilibre est difficile surtout si ça presse. Il faut mettre tous les efforts à la pérennité de l’entreprise, la protection du patrimoine sera la conséquence d’une démarche de relève réussie.

3. De disposer d’un plan de « valorisation » : La valeur actuelle de l’entreprise est basée sur les succès du passé, la relève s’intéresse à la valeur future. Il est donc pertinent de connaitre le valeur actuelle et de prévoir un plan de revalorisation. La valorisation consiste à trouver des moyens pour que l’entreprise ait une plus grande valeur à long terme, il y a plusieurs stratégies possibles : le branding, la professionnalisation de certaines fonctions, des changements dans l’équipe de gestion, de nouvelles façons de faire etc. Ces correctifs peuvent faire augmenter de 10 %, 20 % ou plus la valeur de l’entreprise en 4 ou 5 ans.

4. Commencer par le début : Avant d’entreprendre le processus formel de relève, le propriétaire a intérêt à prendre une année de réflexion pour élaborer des scénarios, développer une vision pour les 20 ou 30 prochaines années, identifier de nouvelles opportunités et imaginer des stratégies qui ne paraissent pas évidentes.

Mais on ne réfléchit pas dans le vide. Il est donc essentiel d’être accompagné par un coach de relève qui stimulera la créativité, alimentera un questionnement, apportera des informations inédites et guidera la démarche. Le propriétaire devra aussi décider quel rôle il veut jouer dans l’entreprise.

5. De disposer d’un plan de relève : Un plan de relève décrit la démarche et prévoit les principales actions qui conduiront à une relève entrepreneuriale réussie. Il faudra choisir le ou les successeurs et effectuer graduellement un transfert de pouvoir, un transfert de savoir, un transfert de direction et un transfert de propriété. Ces transferts se font en parallèle à un rythme variable, le plus difficile étant le transfert de savoir et le plus facile le transfert de propriété.

Trackbacks & Pings

  • La relève entrepreneuriale c'est simple...Si... | Dixit International :

    […] Les statistiques démontrent que la relève entrepreneuriale est un échec dans 70 % des cas, pourtant le processus est relativement simple si on se donne la peine de suivre les étapes et de procéder graduellement. Ce n’est pas compliqué, mais à condition de… Lire la suite sur notre site dédié au transfert d’entreprise […]

    3 ans ago

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *