Fermer après 100 ans. Relève incompatible !

Voici une bien triste histoire d’une entreprise qui fermera après 100 ans. Le propriétaire qui avait pris la relève de son père, il y a 30 ans, a 3 fils. Le premier : « L’économe » s’occupe de l’administration, prudent et hostile aux changements, il gère au jour le jour une entreprise faisant partie d’une industrie en déclin, il parvient à faire des profits en réduisant les dépenses au minimum. Le second « Le docile » fait bien son travail, ne veut pas d’histoire et se désintéresse de l’avenir, il se considère comme un excellent employé et ne veut pas d’avantage. Le troisième « Le Créatif » a plein d’idées pour changer l’entreprise, trouver de nouveaux marchés, lancer de nouveaux produits, se démarquer et améliorer l’apparence du magasin.

Il est bien évident que ces 3 personnes ne sont pas compatibles, il faudrait choisir. Le père, 75 ans a plus d’affinité avec « L’économe » mais veut garder ses 3 fils dans l’entreprise et espère, sans savoir comment, que l’harmonie reviendra miraculeusement. Lorsque je l’ai rencontré, il était découragé « On fait encore des profits, mais le chiffre d’affaires diminue, c’est vrai qu’il faudrait changer l’apparence du magasin, mais on n’a pas d’argent pour ça, les idées du « Créatif » sont intéressantes mais il est un peu poète, il n’est pas réaliste, je sais plus quoi faire ».

Les conflits dans l’entreprise affectent la vie familiale, les 3 frères ne se parlent plus, la mère pleure, les belles sœurs s’en mêlent. Le père veut d’abord retrouver l’harmonie familiale et espère que cette harmonie amènera une relève compétente. « Les 3 ont des qualités, s’ils se mettaient ensemble, ça pourrait marcher ». Mais comment faire ?

Comment faire ?

Le propriétaire doit trouver le moyen de séparer son désir d’harmonie familiale et la survie de son entreprise. Il est tout à fait possible d’aimer ses enfants sans qu’ils soient tous associés dans l’entreprise. Pour y parvenir il doit se consacrer prioritairement à la pérennité de l’entreprise, il lui faudra choisir un seul de ses fils comme successeur et compenser autrement celui ou ceux qui ne resteront pas. Cette démarche n’est pas facile. Pour ce père, la démarche est impossible. Il ne se sent pas capable de séparer ce qui représente toute sa vie.

La semaine dernière, le « Créatif » a annoncé son intention de créer sa propre entreprise pour appliquer les changements qu’il propose depuis longtemps. Pour ce père son entreprise en déclin aura un nouveau concurrent, celle de son fils.

Et l’harmonie familiale ?

Trackbacks & Pings

  • Fermer après 100 ans, faute de relève | Dixit International :

    […] Voici une bien triste histoire d’une entreprise qui fermera après 100 ans. Le propriétaire qui avait pris la relève de son père, il y a 30 ans, a 3 fils. Le premier : « L’économe » s’occupe de l’administration, prudent et hostile aux changements, il gère au jour le jour une entreprise faisant partie d’une industrie en déclin, il parvient à faire des profits en réduisant les dépenses au minimum. Le second « Le docile » fait bien son travail, ne veut pas d’histoire et se désintéresse de l’avenir, il se considère comme un excellent employé et ne veut pas d’avantage. Le troisième « Le Créatif » a plein d’idées pour changer l’entreprise, trouver de nouveaux marchés, lancer de nouveaux produits, se démarquer et améliorer l’apparence du magasin. Lire la suite sur notre site dédié au transfert d’entreprise […]

    3 ans ago

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *