La relève entrepreneuriale

On parle beaucoup de relève entrepreneuriale et du plan de relève. Rien de surprenant quand on sait que seulement 7 % des fondateurs d’entreprises ont un plan formel de relève et que la majorité pense que le processus de relève nécessite un an, alors qu’il faut compter de 5 à 10 ans.
À l’heure où la majorité des entrepreneurs québécois ont plus de 55 ans et sachant qu’au cours des dix prochaines années, la moitié des entreprises aura changé de main…Ou aura disparu, il est normal de se préoccuper de relève d’entreprises. Cette question est d’autant plus d’actualité que plus de 60 % des cédants ne connaissent pas la valeur de leur entreprise et que 70 % des transferts d’entreprises sont des échecs.

Qu’est ce qu’un plan de relève?

Pour beaucoup d’entrepreneurs, le plan de relève se limite au processus de transfert de propriété. Ce transfert est évidemment important, mais il ne représente que 20 % de la transformation nécessaire pour réussir son processus de relève.
La relève est la phase à laquelle les entreprises arrivent après 25 ou 30 ans. On l’associe souvent à la retraite du fondateur, c’est vrai, mais c’est beaucoup plus : c’est le processus qui permettra à l’entreprise de prendre un nouveau départ. Il est donc logique d’accorder beaucoup d’attention à ce phénomène et de planifier adéquatement cette métamorphose.
Un processus de relève nécessite de 5 à 10 ans, il est essentiel de disposer d’un  plan formel, d’être accompagné par un coach expérimenté et de savoir que la dimension humaine du processus est complexe, difficile et émotivement perturbante.
Un plan formel de relève comprend une phase de planification, une phase de transition et une phase de transfert. En plus du transfert de propriété, on doit aussi concevoir des mécanismes de transfert de direction, transfert de savoir et transfert de pouvoir. Cette démarche complexe consiste à changer graduellement tous les systèmes relationnels dans et hors de l’entreprise.
L’entrepreneur fondateur vivra pendant plusieurs années un processus éprouvant, il devra changer radicalement ses perceptions et trouver une nouvelle identité tout en choisissant  l’équipe capable de donner un nouvel élan à son entreprise.
Au cours des prochains mois, nous expliquerons plus en détail chaque phase de ce processus qui commence par une prise de conscience. Voici un premier article sur le sujet.

Étape 1 : La prise de conscience

Pour réussir le transfert d’entreprise et pour mettre sur pied le plan formel de relève, il est essentiel de prendre conscience de certaines réalités

  1. On ne rajeunit pas :  À 55 ans, il n’est pas trop tôt pour entreprendre ce processus quand les affaires vont bien, que l’on est en bonne santé et que l’on a le temps (5 à 10 ans) pour réaliser ce projet. Au cours des années suivantes nous aurons moins d’énergie et de possibles problèmes de santé.
  2. La partie légale, comptable et fiscale est facile à faire et en général, ça ne pose pas problème. La difficulté vient des relations humaines qui se transforment durant le processus de transfert. Et cette dimension humaine est négligée.
  3. Les entreprises ont un cycle de vie : Inconsciemment on crée des entreprises qui ont une durée de vie d’environ 30 ans. Elles démarrent, croissent, atteignent un palier et déclinent. Pour assurer la pérennité, il est essentiel de modifier le modèle d’affaires avant le déclin.
  4. Un nouveau modèle d’affaires : Pour modifier un modèle d’affaires, il faut une vision des 30 prochaines années. À 65 ans, on ne peut entreprendre un tel virage. Jamais Pierre Péladeau n’aurait lancé Québécor dans le domaine des télécommunications et jamais Joseph Armand Bombardier n’aurait fabriqué des avions. Il fallait une nouvelle génération pour modifier le modèle d’affaires.
  5. Une nouvelle mission pour l’entrepreneur : Lorsqu’il entreprend le processus de relève, l’entrepreneur doit se dégager graduellement des opérations et considérer que sa principale priorité consiste à trouver et mettre en place l’équipe capable de créer un nouveau modèle d’affaires
  6. Des années de turbulence : Le transfert d’entreprise est une période d’insécurité. Il y aura des départs d’employés clés, des coûts supplémentaires, une réduction du rythme de croissance, des doutes et des hésitations, l’introduction de nouvelles façons de faire. Il est donc essentiel de commencer tôt, au  moment où tout va bien et de disposer d’un plan de relève.

Prochain article: La phase de planification

Trackbacks & Pings

  • La relève entrepreneuriale | Dixit International :

    […] On parle beaucoup de relève entrepreneuriale et du plan de relève. Rien de surprenant quand on sait que seulement 7 % des fondateurs d’entreprises ont un plan formel de relève et que la majorité pense que le processus de relève nécessite un an, alors qu’il faut compter de 5 à 10 ans. Lire la suite sur notre site dédié au transfert d’entreprise […]

    3 ans ago

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *