Problèmes de ressources humaines : les repreneurs pourraient-ils avoir des problèmes?

Bernard, après dix ans de travail comme banquier, a décidé d’acheter un commerce de tapis qui fonctionne très bien. Fort de son expérience en finance, il a bien évalué son projet et est persuadé d’avoir acquis l’entreprise pour un bon prix. Durant les six mois de transition, il a développé sa stratégie pour faire grandir le commerce. Toutefois, la présence de l’ancien propriétaire ne lui a pas été d’un grand secours parce qu’il n’en voyait pas l’utilité, se fiant à son expérience en finance.

Seul maître à bord, il a décidé de s’affirmer. Michel, le seul vendeur responsable des clients commerciaux, est dans l’entreprise depuis 20 ans, il connaît bien les clients et a développé des relations harmonieuses avec eux, ce qui lui rapporte de juteuses commissions sans beaucoup d’effort, mais Bernard compte développer davantage le marché et Michel n’est pas très chaud à cette idée.

Problèmes de ressources humaines : consulter avant d’agir

Bernard, après avoir évalué le roulement des transactions, a aussi décidé d’ajouter de nouvelles gammes de produits et de changer certains fournisseurs. Suzanne, l’adjointe, est la conjointe de Michel et travaille dans l’entreprise depuis 15 ans, elle est responsable des achats, de la comptabilité et des employés, elle est satisfaite des fournisseurs avec qui elle a développé de bonnes relations.

Après des réunions houleuses, Michel résiste à l’idée de développement des affaires, l’entreprise fait de l’argent et il n’a pas le temps d’en faire plus. Suzanne, pour sa part, fait valoir l’importance des relations avec les fournisseurs. Devant l’insistance de Bernard, Michel présente sa démission, ce qui complique les relations avec la clientèle, tandis que Suzanne informe les employés des problèmes que génère le départ de Michel. Le climat de travail se gâte, que va faire Bernard ?

Bernard devra rapidement trouver un nouveau vendeur, prendre contact personnellement avec les clients orphelins et rétablir le climat de travail. Bonne chance !

Bernard risque fort d’échouer malgré ses compétences en finances. En achetant le commerce, il a négligé de comprendre la culture de l’entreprise et son organisation. La transition a été trop rapide, il n’a pas su imposer son leadership et sa vision, il n’a pas tenu compte des aspirations de ses deux employés clés.

Acquérir le capital matériel est important dans un transfert d’entreprise, mais acquérir le capital humain (les clients et les employés) est beaucoup plus important. Pour y parvenir, il est essentiel de faire une transition en douceur, d’expliquer et de faire partager sa vision et de découvrir son style de leader. Bonne chance, Bernard !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *