Commencer par l’objectif

La première étape lors de la planification de la relève consiste à déterminer l’objectif. Cela semble évident, et pourtant la démarche est parfois pénible. Les fondateurs d’entreprises qui pensent à un transfert considèrent au premier abord que l’objectif, c’est « d’assurer la relève ». Alors qu’en réalité « assurer la relève » correspond au résultat espéré. Une des meilleures questions à se poser pour découvrir son objectif est : « Pourquoi assurer la relève ? ».
Il existe des centaines de raisons pour assurer la relève d’une entreprise, les plus fréquentes tournent autour des objectifs suivants :

  • Assurer la pérennité
  • Assurer l’avenir de mes enfants
  • Prendre ma retraite
  • Relever un nouveau défi
  • Récupérer mon argent
  • Garder des emplois
  • Un peu tout ça

Plusieurs de ces objectifs se recoupent, on veut assurer la pérennité et aider ses enfants tout en récupérant son argent. Cela fait beaucoup d’objectifs ! Imaginez un chasseur qui espère revenir de la chasse avec un orignal, deux perdrix et un chevreuil qu’il aurait tué avec le même fusil !
Pour réussir un transfert d’entreprise, il faut se concentrer sur un objectif dominant : la pérennité, les autres objectifs servent à brouiller les cartes. Comment peut-ton assurer la pérennité si l’objectif est d’aider ses enfants et que ceux-ci sont incapables de développer l’entreprise ? Comment peut-on récupérer son argent sans vider l’entreprise de ses liquidités ?
Tous les objectifs sont légitimes, mais il est nécessaire qu’il y ait un objectif dominant. C’est à partir de cet objectif dominant que l’on peut tenter de concilier les objectifs secondaires. Par exemple, si son fils n’est pas capable d’assurer la pérennité, on peut se demander comment on pourrait le garder dans l’entreprise avec une autre personne, qui lui, serait en mesure de développer l’entreprise. Et dans ce cas : quel type de partenariat ferait l’affaire ?
Il y tellement d’objectifs et tellement d’objectifs inconscients que le fondateur risque de ne plus être capable d’avancer, les objectifs se neutralisant entre eux. Le coach de relève a comme mandat d’éclaircir la situation et de concilier les objectifs qui s’opposent. La grande difficulté consiste à amener le fondateur à exprimer le fond de sa pensée et l’ensemble de ses émotions.

Trackbacks & Pings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *